J’apprends à mes clients à être plus proches d’eux-mêmes, de ce qu’ils souhaitent et de ce qu’ils sont. Ce qu’ils sont est souvent parasité par: ce qu’ils croient penser et ce qu’ils croient ressentir. Je dis ce qu’ils croient penser, car les pensées sont elles-mêmes parasitées par les jugements, les croyances, les il faut et autres couches à gratter. Souvent, tout au fond, ce qu’on pense n’est pas si compliqué. Et je dis ce qu’ils croient ressentir, parce que quand on descend réellement au fond des émotions, souvent elles sont bien plus calmes qu’au premier abord. Justement, l’instant présent réside dans cette forme de Soi simplifié, libéré, apaisé. Dans les premières séances de coaching, je dois faire revenir à eux mes coachés très souvent, et plus on avance, plus ils apprennent à le faire eux-mêmes, avec différents outils.

 

 

Être là, dans le fameux instant présent

Dans instant présent, il y a présent. Il ne s’agit pas de se détacher, plutôt de placer tes liens aux bons endroits et de soigner ces liens. A mon sens, ce n’est pas l’absence de ressenti qui permet une belle connexion à soi, mais plutôt le placement juste: bon endroit, bonne hauteur, bonne flexibilité.
>Essaie cet exercice: ferme tes yeux, et compte tes respirations. Juste ceci, tu comptes tes inspirations et tes expirations. Reviens me lire après avoir compté.
De retour? Tu viens d’expérimenter l’instant présent. Rien de mieux pour ce faire que méditer, et ce que tu viens de tenter est justement le début d’une méditation. Se poser et fixer son attention pleine et entière sur une seule chose. Par la suite, tu pourrais essayer de te visualiser assis sur un nuage ou en haut d'une monatgne. En dessous tu vois tes pensées, et en dessus et tout autour de toi, le vaste espace qu’il reste.

 

 

Si se centrer quand on est seul peut déjà être un challenge, alors comment le faire en eau agitée?
>Autre exercice, à tenter dans dans le feu de l’action:

  1. La prochaine fois que quelqu’un a des propos agaçants, commence par remarquer « Tiens, ça m’agace ». Ceci permet de faire un premier pas de côté, pour te distancer de ce que tu ressens.
  2. Ensuite, colle une étiquette: « injuste » « déloyal » « peur » « agressif »… Deuxième pas de côté.
  3. Si ça ne suffit pas à faire suffisamment dégonfler ta réaction, alors trouve un geste: recule-toi sur ta chaise et pose tes pieds bien au sol ou debout fais concrètement un petit ou grand pas de côté et sens également bien le sol sous tes pieds. Moi, j’inspire longuement. Après, je me sens moins chargée. Je continue à ressentir cet agacement mais j’ai redéfini mes limites, et cet agacement ne m’a pas envahie en entier. Je suis moi d’abord, agacée ensuite.

 

Ça fonctionne avec toutes les émotions : Je suis moi d’abord, triste ensuite. Moi d’abord, super contente ensuite.
Il s’agit de ressentir une autre qualité d’émotion, et de constater que ces émotions ne changent pas ta nature profonde, tu es Toi et c’est ce que tu cherches en premier lieu.

 

Plus d'articles de blog coaching ou thérapie à Lausanne ou en ligne, sur mon site thérapie